liban0Le Liban « la montagne blanche » aux sommets couverts de neige, ses cèdres millénaires, sa vallée fertile au pied de l’Hermon, son vin, son parfum et sa gloire est cité 70 fois dans la Bible. La « gloire du Liban » a fait rêver tous les peuples alentours,depuis Moïse qui prie Dieu avant de mourir: »Je te prie, laisse moi voir ce bon pays de l’autre côté du Jourdain, ces belles montagnes et le Liban!. »( Deut.3: 25 ) Héritier de la Phénicie, le Liban a subi les apports de ses divers occupants; des Romains, des Grecs, des Byzantins , des Perses, des Arabes, des Croisés d’Occident et des Mamelouks d’Egypte, de l’Empire Ottoman comme du mandat Français , de l’emprise Syrienne ou de la convoitise Iranienne; il est toujours soumis aux influences ou à l’hostilité des pays voisins.
Indépendante depuis 1943,la République Libanaise, sur ses 10452 Km², abrite une population composite de trois millions et demi d’habitants et lutte pour garder une cohabitation équilibrée entre chrétiens et musulmans. Selon la constitution, il est convenu que le Président de la République soit un Chrétien Maronite, le président du Parlement un musulman Chiite, le chef du Gouvernement,premier ministre, un musulman Sunnite; les 132 sièges du Parlement sont partagés également entre musulmans et chrétiens et leurs diverses composantes; d’un côté les musulmans chiites, sunnites et druzes, de l’autre, les Chrétiens maronites, orthodoxes, catholiques, arméniens, évangéliques et minoritaires; un total de 18 communautés religieuses se partageant les hautes fonctions de l’Etat.
La communauté évangélique au Liban est formée de moitié par les Évangéliques de langue arabe et de moitié par les Évangéliques de langue arménienne, ces deux groupes sont représentés au Parlement par un député sur les 132.
Les diverses églises Évangéliques sont réunies au sein d’une fédération appelée » Conseil Supérieur Evangelique de Syrie et du Liban  » dont le président est depuis de longues années le Pasteur Selim Sahiouny. Les trois principales composantes de ce Conseil sont le synode des églises Évangéliques (presbytériennes), l’Eglise Nationale Evangelique ( congrégationaliste) et l’Union des Églises Évangéliques arméniennes du Moyen Orient (presbytériennes), suivent les représentants des Églises Baptiste, Adventistes et diverses Assemblées Évangéliques.
Le protestantisme libanais, fruit des missions du XIXme siècle étant en grande partie d’origine et d’influence americaines il est très important de souligner l’apport du protestantisme français et de l’esprit de la Réforme, avec sa particularité d’ouverture vers le monde et son œcuménisme authentique dont l’Eglise Protestante Française au Liban en est le porte drapeau!
Dans ce pays ravagé par les guerres successives, les attentats et les assassinats politiques, cloisonné par le confessionalisme et miné par les fanatismes, l’Eglise Protestante Française s’emploie à annoncer l’Evangile du pardon et de la réconciliation par le vivre ensemble harmonieux de sa petite communauté multi-confessionnelle.
Notre église a célébré en 2006, avec la communauté évangélique de langue allemande de Beyrouth, le 150me. anniversaire du premier culte en francais(23 Novembre 1856), célébré à la chancellerie de Prusse, par un pasteur allemand descendant d’émigrés huguenots, elle célébrait en même temps, le 80me. anniversaire de sa formation en entité séparée (1925) et le 50me anniversaire de son installation sur l’emplacement actuel de Ras -Beyrouth, avec le Collège Protestant Français (1955). Les pasteurs qui se sont succédés durant cette dernière période sont: Jean-Michel HORNUS (1955 à 1960), Gaston WAGNER (1960 à 1965), Jean-Paul GABUS (1965 à 1970) et Robert SARKISSIA (1970 à 7/2013). Depuis septembre 2013, le pasteur Pierre LACOSTE assurant la relève.
Notre Église se maintient et se développe depuis la guerre civile (1975-1990), grâce à un cercle de paroissiens et d’amis fidèles de tous bords. Son rayonnement œcuménique est la base même de son témoignage et de sa raison d’être. La communauté qui se réunit pour le partage de la bonne nouvelle de l’Evangile, dans son temple implanté dans un jardin exotique, aux côtés du Collège Protestant Français et face au Cercle Français , a été appelée durant les années de guerre » la Communauté des Hauts de la Colline », appellation que nous avons aimée et adoptée .
A l’image du Liban, cette communauté rassemble et harmonise la mosaïque des confessions religieuses. Le Conseil Presbytéral regroupe huit membres d’origine protestante, orthodoxe et catholique, dont trois épouses de musulmans. Il n’ est guère question de confession dans cette petite communauté qui se réunit régulièrement pour le culte un dimanche sur deux et les fêtes chrétiennes.
Depuis une dizaine d’années, un groupe d’une quarantaine de malgaches , protestants et francophones, animent régulièrement les cultes par leur chorale. Des études bibliques mensuelles sont suivies assidûment depuis plus de trente ans par un groupe de dames des diverses églises de Beyrouth. Deux ou trois repas en commun par an rassemblent presque la totalité de cette communauté , qui peut s’élever de soixante-dix à quatre-vingt personnes, dans une ambiance fraternelle de fête et d’action de grâce .
Robert Sarkissian

la5Une initiative de l’Eglise protestante de Beyrouth et de son pasteur P. Lacoste. Cette action est parrainée par la FPF, la Ceeefe, le Défap, l’APFB. Le présent projet vise à contribuer à l’amélioration de l’accès à l’éducation des enfants réfugiés syriens vivant dans la région du Liban (banlieues de Beyrouth), pendant le temps de leur séjour au Liban. Ce projet entend mettre en place un système de parrainage personnalisé, construisant un rapport plus direct et humain entre le donateur et le bénéficiaire, et de permettre un suivi plus efficace de l’éducation de l’enfant. Plus particulièrement, cette action entend :

1) Contribuer à la scolarisation des enfants vulnérables en finançant une partie des couts reliés à une année scolaire (fournitures scolaires, uniformes, transports école-domicile, goûters, participation aux activités récréationnelles, frais administratifs (timbres, papier, etc.)

2) Permettre aux enfants d’accéder à des activités récréatives, un soutien psycho-social à destination de l’enfant et de sa famille, et des campagnes de sensibilisations dans différents centres d’Amel. Cette composante visant à développer la cohésion entre les différentes communautés, à développer la créativité, le sens civique et l’épanouissement de ces enfants, et à sensibiliser les familles sur les droits des enfants.

3) Sensibiliser les donateurs français sur les conditions de vie des réfugiés syriens au Liban. Cela sera permis par la mise en place d’une correspondance personalisée entre la famille donatrice et la famille bénéficiaire (échange de photos, de témoignages, etc à échéance régulière).

Les populations qui bénéficieront directement de ce projet sont les enfants (5 à 15 ans ) marginalisés du fait de la crise syrienne, au Liban. Les enfants qui bénéficieront du présent projet seront sélectionnées sur la base de la vulnérabilité de leur famille, et de l’incapacité de celle-ci à financer l’éducation de leurs enfants. Cette sélection sera effectuée par le personnel d’Amel qui appliqueront les mêmes critères de sélection aux réfugiés syriens et aux populations libanaises et ce dans le but d’éviter toutes tensions entre ces deux communautés.

Les populations dites vulnérables incluent :
– Les enfants issus d’une famille monoparentale ;
– Les enfants souffrant de handicaps physiques ou mentaux
– Les enfants issus de familles sans revenu régulier ;
– Les enfants issues de famille nombreuses (plus de 7 enfants).

Le projet débutera dès la rentrée scolaire 2014 ainsi l’année scolaire 2014-2015. Le projet sera mis en place en partenariat avec les 4 centres d’Amel ayant des programmes « éducation » et « protection de l’enfance » à Beyrouth ainsi qu’en collaboration avec les écoles situés dans les environs de ces centres.

Le présent projet visant une population particulièrement instable, et sujette à d’evéntuels retours dans leur pays d’origine durant les prochains mois, le parrainage sera mis en oeuvre sur une période initiale de 3 mois, après laquelle le projet sera prolongé à une année scolaire si la première phase est une réussite.

Chaque donateur s’engage à fournir une somme totale de 400 euros – 535$- à échéance mensuelle pour l’année scolaire. Une échéance trimestrielle est envisageable. Un développement de ce projet à l’échelle du territoire libanais est également envisageable en fonction du nombre de donateurs disponibles, et du succès des premières expériences.

Localisation et période de mise en oeuvre :
Banlieue Sud de Beyrouth, centre de Haret Hreik.
Période de réalisation prévue : Septembre 2014 – Juin 2015

Coordonnées
Association Amel International
Moussaitbeh – Rue Daoud Abou Chakra – Imm. Amel
BP 14/556
Beyrouth – Liban
Tel +961 1 317 293-4 / Fax +961 1 305 646
Personne contact : Virginie Lefèvre / Soraya El Rida

Références bancaires:
Amel Association
Fransabank – Chiah, Ghobeiry Place – Beirut, Lebanon
Numéro de compte: 001 25 2221 317695. 3 (Swift code FSABLBBX)

Eglise Protestante Française de Beyrouth
Pierre LACOSTE, pasteur
BP 13-6283 Chourane BEYROUTH (Liban)
Bureau +961 (0) 1 813 906
Mobile +961 788 62 140