Une quarantaine de délégués de presque toutes les Eglises membres ont échangé sur leurs difficultés, leurs projets, et sur les diverses situations locales.Un bon temps de rencontres et de partage. L’assemblée a élu son Comité directeur pour la période 2016-2019 : Georgia Roehrich (Bonn), vient rejoindre l’équipe déjà constituée. L’Assemblée a reçu Hervé Ott, à propos de la résolution des conflits Une quarantaine de délégués de presque toutes les Eglises membres ont échangé sur leurs difficultés, leurs projets, et sur les diverses situations locales.Un bon temps de rencontres et de partage. L’assemblée a élu son Comité directeur pour la période 2016-2019 : Georgia Roehrich (Bonn), vient rejoindre l’équipe déjà constituée. L’Assemblée a reçu Hervé Ott, à propos de la résolution des conflits; un moment stimulant ! Le président , Bernard Antérion, a ouvert l’Assemblée, son intervention:

J’achevais ce message annuel il y a un mois exactement en apprenant l’assassinat du père Hamel, sur le territoire de mon ancienne paroisse de Rouen ! Après l’effroi de Nice ou les drames en Allemagne, l’été décidément aura été difficile pour notre compréhension du monde. Nous avons sans doute des opinions diverses, voire des pistes pour sortir de ces cycles récurrents de violence ; il se pourrait aussi que nous soyons en train de basculer dans une autre dimension de notre monde, vers un autre monde encore peu pensable ni même imaginable. Un monde où la rencontre des religions deviendra une réalité, une nécessité ! Un monde où les religieux radicaux, intégristes et extrémistes seront bannis. Pourtant c’est bien notre monde tel qu’il est aujourd’hui, que Dieu est venu aimer en Jésus- Christ et dans lequel notre fidélité à l’Evangile est requise. Le courage d’être, d’être chrétiens, d’être témoins reste pour nous tous notre réalité et notre mission d’espérance et de paix au cœur des difficultés et des souffrances tout près de nos communautés.

2016 – 2017

2 dates : le présent et l’avenir tout proche. 2017, pour les protestants du monde, sera à la fois un souvenir de reconnaissance et un avenir plein de promesses. On peut même penser qu’elle sera une date comme souvenir et promesse à partager avec d’autres confessions, d’autres horizons tant il est vrai que ce souvenir et cet avenir auront concerné et devraient concerner la vie du monde dans son histoire, dans sa vie spirituelle, culturelle, sociale et politique.
Voilà, en effet, bientôt 500 ans, le 31 octobre 1517, le moine Martin Luther, dit-on, afficha de façon publique, sur la porte de l’Eglise du château de Wittemberg, un texte assez long – dit des 95 thèses – dans lequel il affirmait le primat de l’Evangile de la grâce sur tout autres réalités, en particulier sur la réalité même de l’Eglise instituée et de la prêtrise de l’époque, en train de collecter les Indulgences pour la construction de St Pierre de Rome.
On s’accorde à dater ainsi le véritable commencement de la Réforme en Europe, depuis cet acte public sorte de confession de foi en confrontation en contestation avec celle de l’Eglise romaine au moins dans sa pratique. L’Europe entière allait être bouleversée par cette proclamation et bientôt un nouveau schisme se fera jour, dans l’occident chrétien après celui intervenu en Orient au 11ième siècle.
Toutes les Eglises protestantes préparent la célébration de cet anniversaire ; non celle du réformateur lui-même mais de cet acte de liberté sous la forme d’une nouvelle affirmation de la foi. Les Eglises allemandes et luthériennes bien sûr, depuis longtemps, mais d’autres aussi et même l’Eglise catholique romaine avec cette rencontre et une célébration à Lund en Suède du pape François et de l’évêque luthérien Munib Younan, président de la Fédération luthérienne mondiale.
C’est comme si, les communautés chrétiennes souhaitaient un nouveau souffle, une nouvelle intensité ; une réconciliation comme un nouveau départ avec des formulations de la foi, audibles, compréhensibles, accessibles à nos contemporains. Peut-être avons-nous besoin comme au XVIème siècle d’une nouvelle manière de croire ? Au moment où la question religieuse fait retour dans l’espace public, au moment où la plupart de nos contemporains manquent grandement de culture, de connaissances religieuses, comment leur dire et leur annoncer notre espérance en Jésus Christ ? Certes, les points de vues sont divers et parfois contraires, mais chacun comprend, plus que jamais qu’il est nécessaire, non de brader ou de s’adapter mais de donner des signes, des gestes et des paroles qui peuvent faire sens pour d’autres.
Le repli sur nous-mêmes, nos histoires, nos habitudes, nos traditions, ou bien, le risque d’une parole qui annonce vraiment une Bonne Nouvelle ; le risque de ne pas tout dire ou redire, mais annoncer à nouveaux frais, une urgente Bonne nouvelle pour ce monde et ces communautés que Dieu continue d’aimer en Jésus Christ.
Et si la Ceeefe apportait sa pierre à cet édifice de souvenir et de promesse ? Si les communautés qui la composent et leur conseil respectif trouvaient du temps et de l’énergie pour formuler à leur tour, des thèses, des phrases, des mots qui selon eux pourraient dire, hors nos murs, cet Evangile qui nous anime et que nous voulons non répéter servilement mais partager audacieusement et librement.
Je vous invite, membres de cette AG, à ce défi qui, pour la plupart parmi vous, n’est pas nouveau. Je me demande si nous ne pourrions pas, lors de notre Assemblée Générale en 2017, partager entre nous tout cela : nos réflexions, nos rédactions et nos formulations afin de faire savoir aux instances et aux Eglises du protestantisme français, notre perception de cet événement de la Réforme, comme souvenir et comme promesse. Nous pourrions nous inspirer librement de ce que les Eglises luthériennes, réformées et évangéliques, avec lesquelles nous sommes en lien, proposent, comme exemple de confession de foi, par exemple. Peut-être même, pourrions-nous reformuler ainsi quelques éléments de notre Charte en son article premier que je vous invite à relire, comme nous l’avons fait, il y a deux ans, dans la rédaction nouvelle de ce que nous sommes et voulons être.
Nous sommes libres de nous atteler ou pas à cet exercice de témoignage ; nous sommes des communautés si diverses et qui ont en pourtant en commun tant de choses au sein de la diversité du monde : une référence évangélique commune, un lien avec le protestantisme français, une pratique de la langue française, une volonté réelle d’accueil et d’assistance. Vous me direz, sans doute durant ces deux jours, votre sentiment sur un tel projet.

ag161

Des nouvelles de l’année écoulée

Le bureau s’est réuni le 18 décembre et le Comité directeur le 5 mars à Paris. C’est toujours l’occasion de partager des nouvelles des Eglises, d’envisager des déplacements, de préparer le budget ainsi que notre assemblée générale et le renouvellement possible de nos instances. • Daniel Lévesque a fait rapport de l’AG de la FPF où il nous représentait. Cette représentation comme membre associé, a été, parmi nous, sujet de débat. Ne faut-il pas plaider pour une représentation pleine et entière avec droit de vote par exemple lors de l’AG de la FPF ? On sait que notre cotisation à la FPF est importante, plus de 4000€ annuel. Nous pensons qu’une nouvelle rencontre avec la FPF devrait permettre une avancée, au moment où celle-ci interroge ses membres pour mieux comptabiliser et décrire plus précisément les fonctionnements, la composition, les finances des Eglises et Institutions qui la composent. Daniel Lévesque a aussi participé à l’assemblée générale de l’APFP, association d’entraide pour les familles pastorales, pour laquelle nous souscrivons annuellement une cotisation.

Philippe Girardet a rendu compte du SN de l’EEAM à Casablanca où il a lu un message de la Ceeefe à ce premier synode après la crise de l’été avec la présidence de Karen Thomas Smith. Il s’agit de la démission contrainte de Samuel Amédro après de fortes tensions et le renouvellement du CP de Casablanca. Cette situation de l’EEAM m’a mobilisé plusieurs mois, entre des rencontres avec les responsables du protestantisme français concernés par le Maroc et la recherche d’un pasteur pouvant assurer à la fois un accompagnement mais aussi une analyse de la situation pour préparer une suite acceptable par tous et l’éventuelle présence d’un pasteur occupant le poste de Casablanca.

Le pasteur Christian Seytre,ancien secrétaire général de la FPF, que je salue parmi nous, a accepté cette mission difficile ; il a pu faire jusqu’à ce jour, deux séjours au Maroc qui ont permis de faire avancer la situation ; il pourra nous en dire plus au cours de cette assemblée générale mais qu’il soit déjà remercié de son service pertinent et bénévole. La Ceeefe a pris en charge ses déplacements.

Le financement du poste de Casablanca n’est pas à l’heure actuelle, assuré. Le pasteur Amédro, pris en charge par son Eglise l’Epudf, a pu aussi répondre à l’Eglise française de Copenhague et l’accompagner dans la mise en place de son projet de vie. Un ou deux déplacements mensuels pour un mi-temps pris en charge par Copenhague, jusqu’à cet été, à la satisfaction de tous.

Nous avons aussi cette année participé au soutien de l’institut œcuménique de Rabat en prenant en charge, via le Défap, une demi bourse d’étudiant. Nous restons soucieux pour la vie et l’équilibre financier de ce lieu original.

Nous avons été aussi préoccupés par le départ anticipé de Véronique Weissbach de son poste pastoral à la Réunion, après deux années à St Denis. En lien avec le Défap nous avons accompagné cette situation de crise et de tension entre un pasteur et son conseil presbytéral.

Le chantier de Djibouti avance et nous avons pu réalise,r grâce aux dons des Eglises, du Défap et un coup de pouce de la Ceeefe, l’étape décidée l’an dernier, à savoir la finition de la façade du temple et ses abords afin de donner une visibilité acceptable de ce lieu de culte. Sont mis en place actuellement les moyens pour la réalisation de la toiture puis la pose de panneaux solaires dans le cadre d’une formation aux énergies renouvelables. Le pasteur Jean-Luc Blanc suit pour le Défap la situation de Djibouti ; il s’est rendu sur place en mai et pourra répondre aussi à nos questions. Grâce à vos dons, en particulier ceux de Londres et de Stockholm, grâce au comité genevois d’aide aux disséminés et grâce aussi à l’Eglise protestante de Djibouti, nous avançons, pas à pas, pour rendre ce temple utile à la communauté locale. Que celles et ceux qui ont grandement contribué à ces efforts soient ici encore une fois remerciés en sachant qu’il nous faudra avancer encore ! Le pasteur Schlick a avancé son départ de Djibouti pour répondre à l’appel de l’ACO et occuper, dès cet été, le poste du Caire, longtemps vacant. La Ceeefe a participé à la prise en charge d’une session de formation à l’Institut de Al Mowafaqa à Rabat afin que M. Schlick se perfectionne dans la langue arabe. Nous lui souhaitons un heureux séjour en Egypte. La vacance du poste de Djibouti pris en charge par le Défap est bien notre priorité. Cette année il est probable que des pasteurs retraités soient sollicités pour des séjours sur place et assurer ainsi un soutien à la communauté protestante. Cela est en bonne voie et un calendrier de présence pastorale est mis en place par Jean Luc Blanc, avec l’accord attendu de l’EPD.

soho1

La rencontre Ceeefe-Europe s’est déroulée du 14 au 17 avril à Londres à l’invitation de la communauté protestante française. Une belle rencontre organisée par Thibault Lavergne, Stéphane et Cindy Desmarais. Une visite à Rochester dans le Kent nous a permis de visiter un Musée et un lieu de vie pour descendants de Huguenots ! Merci à Londres pour son engagement et son soutien au sein de la Ceeefe. L’an prochain nous serons au Pays-Bas à l’invitation des cinq communautés francophones membres de la Ceeefe. Notre Bulletin a été, cette année encore, réalisé aux Pays-Bas, grâce à Roger Dewandeler,

Véronique Picard et Claire Sixt Gateuille ; merci à tous ; ainsi qu’à ceux qui ont rédigé de bons articles ! Nous pouvons saluer la présentation de la communauté francophone de Francfort notre dernière adhérente à la Ceeefe. Ce Bulletin de bonne qualité devrait donc se poursuivre cette année encore ; je fais appel à celles et ceux qui n’y participent pas encore et qui privent les lecteurs de leurs contributions !

Situations des postes, vacances et pourvois

Sont vacants et à pourvoir : Djibouti : des pasteurs pourront cette année y passer quelques semaines ou quelques mois afin d’assurer une présence avant une nomination plus assurée. Casablanca. La Réunion. Copenhague. Moscou. Seront vacants et à pourvoir : La Guyane (été 2017) Stockholm (fin 2017 après fin de contrat) Ont été pourvus : Les Antilles avec l’arrivée cet été de Christian Bouzy et sa famille. Nous nous réjouissons de ce pourvoi ; l’installation officielle aura lieu en décembre (Défap et Ceeefe). Nous l’avons déjà mentionné, le poste du Caire et d’Alexandrie a été pourvu par la présence de Mikaël Schlick par les soins de l’Action Chrétienne en Orient.

Prolongations de contrat : Berlin où Marco Pédroli a accepté de poursuivre une année supplémentaire. Notre reconnaissance pour cette disponibilité ! Beyrouth où l’évaluation de la présence de Pierre Lacoste va s’effectuer très prochainement (Défap et Ceeefe).

A noter enfin, une situation originale : celle de la communauté de Bonn avec une présence régulière depuis la région parisienne du pasteur Georgia Roehrich ; merci pour cette disponibilité et cet accompagnement apprécié.

L’ensemble de ces situations est une préoccupation, d’abord locale bien sûr, mais aussi pour la Ceeefe qui, en lien avec le Défap en particulier, veillent à un accompagnement des conseils, des pasteurs et des communautés, confrontés à ces situations de départs qui sont souvent complexes et parfois difficiles. Nous sommes confiants pour le pourvoi et les changements de poste ; des candidats ne manquent pas et le discernement des uns et des autres doit s’effectuer dans la confiance.

Notre Assemblée générale de 2016

Au cours de cette Assemblée, nous aurons à nous dire d’abord, notre présent, nos projets et nos préoccupations. Nous aurons aussi à donner une réponse à une demande d’adhésion pressante celle de la Kensington Presbyterian Church avec son pasteur André Madibu Mbuyi à Johannesburg (Afrique du Sud) après avoir entendu le rapport du pasteur Faly (Mayotte) à qui nous avons demandé de prendre contact et d’instruire avec Charles Bossert (La Réunion) cette demande.
Adopter les comptes et voter un projet de budget comme chaque année. En disant notre reconnaissance aux Eglises qui contribuent à la vie de la Ceeefe, l’Epudf et l’Uepal en particulier.
Renouveler le Comité Directeur de la Ceeefe comme tous les 3 ans et qui élira ensuite son bureau. Interrogés personnellement, chaque membre du Comité actuel a souhaité poursuivre encore pour un mandat de trois années. Il s’agit de Daniel Lévesque, Claire Sixt-Gateuille, Michel Marlier, Roger Dewandeler, Thibault Lavergne, Ebba Lamoureux, Philippe Girardet, Freddy Nzambé. Pour ma part, et avec votre accord, je suis prêt à poursuivre pour un dernier mandat de 3 ans avant de reprendre des activités normales pour un homme de mon âge !
Il faut ajouter que le Comité directeur bénéficie avec bonheur de la présence de membres de droit attestant ainsi les relations qui sont les nôtres dans le protestantisme français. Il s’agit de Georges Michel, SG de la FPF, de Bertrand Vergniol, SG du Défap, de Stéphane Rémy, Directeur de l’aumônerie aux Armées, de Thomas Wild, directeur de l’ACO France. Merci à chacun pour ce service stimulant et utile.
Nous proposons, à votre vote, d’ajouter, avec son accord bien sûr, le nom de Georgia Roehrich (pasteur Epudf, à Bonn) pour le renouvellement du Comité directeur. D’autres candidatures peuvent encore se manifester.
Nous aurons aussi un échange avec Hervé Ott cette après-midi. Il est théologien de formation et formateur consultant en approche et transformation constructive des conflits. La vie des communautés et des institutions est ainsi faite qu’elle est confrontée à des conflits personnels et ou institutionnels. Nous n’avons pas manqué d’en être convaincus tout au long de cette année ! Comment vivre et panser/penser ces difficultés ? Je me réjouis qu’Hervé Ott puisse nous y aider.

Conclusion

Notre besoin d’être en lien les uns avec les autres est évident ; notre volonté d’être fidèle à une Parole qui nous vient d’ailleurs et qui nous accompagne est manifeste. Nos moyens sont limités et pourtant nous arrivons à les partager. C’est bien cela notre réalité. Celle-ci n’est pas séparée de la réalité du monde : nous sommes confrontés à la situation des réfugiés : l’an dernier nous l’avons affirmé fortement. Nous sommes solidaires des victimes d’actes criminels qui désormais sont tout proches de nous ; nous sommes horrifiés par la violence des situations et en même temps nous nous sentons envoyés pour être porteurs d’espérance de paix et d’amour et de justice dans le dialogue renouvelé des religions et des options partisanes. Depuis 5 siècles avec la Réforme nous avons tout misé sur une Parole vivante, la personne de Jésus le Christ qui retentit dans les Ecritures. Dire et vivre cette Parole à nos contemporains et avec eux pour ce monde que Dieu est venu aimé, telle est plus que jamais notre assurance. Ce sera toujours notre souvenir commun et notre avenir personnel et celui de nos communautés.

ag160

Déplacements du président et rencontres Ceeefe

  1. 19-20/09/2015 : Paris, conseil Défap.
  2. 24-28/09/2015 : Visite de l’EEAM (Casablanca – Rabat).
  3. 16-23/11/2015 : Eglise protestante française de Washington.
  4. 20-23/11/2015 : Casablanca, Ph. Girardet délégué Ceeefe au Synode EEAM.
  5. 18/12/2015 : Paris, Bureau Ceeefe.
  6. 7-10/01/2016 : Paris, Plate-forme FPF Moyen Orient et Conseil Défap.
  7. 30-31/01/2016 : Paris, D. Lévesque délégué Ceeefe à l’AG de la FPF.
  8. 5/03/2016 : Paris, Comité directeur Ceeefe.
  9. 11-12/03/2016 : Paris, Conseil Défap.
  10. 31/03-07/04/2016 : Visite des Eglises de Beyrouth et de Jérusalem.
  11. 1-11/04/2016 : Visite de l’EEAM par Ch. Seytre.
  12. 14/04-17/04/2016 : Londres, rencontre Ceeefe Europe.
  13. 13-20.06/2016 : Visite de l’EEAM par Ch. Seytre.
  14. 31/05-06/06/2016 : Visite de l’Eglise protestante de Guyane.
  15. 11-12/06/2016 : Conseil et AG Défap.